Mot du jour : Tismitene : la jalousie

écrit par Cheikh Hamada Ag Ahmed

En milieu touareg le mot jalousie/Tismitene est polysémique et donc plurielle en tamasheq. Il y a plusieurs types de jalousies et chacune d’elles est à double tranchant.

La jalousie amoureuse est conceptuellement la même en langue tamasheq que dans toutes les langues.

La jalousie du « quotidien » est la plus intéressante socio-linguistiquement. Tismitene peuvent porter sur le succès, des prédispositions ou des acquis de l’autre. Cela peut porter une forme négative qui se traduit par l’envie.

Le proverbe dit dans ce cas « anminay neched afedayane » Littéralement « monter ensemble un âne blessé au dos ». Les plus avisés en connaissent le sens profond.

La forme la plus recommandée dans l’éducation touareg est non pas de combattre Tismitene (car c’est une caractéristique intrinsèque à l’humain) mais de cultiver « une jalousie positive ». Plutôt que de développer une « envie mal placée », recommande de reconnaître à l’autre sa valeur en améliorant ses propres valeurs, son éthique et ses actes pour égaler sinon le dépasser, faire mieux, mais jamais en l’enviant !

Une forme de concurrence dans le bien et la beauté des actes en sommes tout en souhaitant à l’autre tout le meilleur, avec sincérité.

A chacun de choisir sa forme d’amour ou de jalousie pour son prochain.

Je vous souhaite beaucoup de Tismitene pour les actes nobles et la facilité d’en réaliser un maximum !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.