Mali : Présidentielle 2022 : la bataille vers Koulouba, un véritable défi pour les candidats potentiels !

Écrit par Alassane Cissé

Après les dix huit (18) mois de la transition civilo-militaire, notre pays s’achemine vers les joutes électorales prévues en 2022. Compte tenu de la situation, certains learders politiques se préparent pour la conquête du pouvoir. Si certains candidats attendent la fin de la transition, d’autres s’affichent déjà et se lancent dans la cadence. Aujourd’hui, la battaile à la conquête de Koulouba s’annonce très en raison de la situation politique que le pays traverse.

Il faut d’abord souligner que la course à Koulouba demeure une véritable bataille pour les candidats à la prochaîne élection. Les candidats sont connus dans certaines formations politiques pendant que d’autres n’y arrivent toujours pas. Les partis politiques comme le RPDM de Dr Cheick Modibo Diarra, ADP-Maliba de Aliou Boubacar Diallo, Yelema de Moussa Mara, le SADI de Dr Oumar Mariko, des FARE-Ankawili de l’ancien Premier Ministre Modibo Sidibé ou encore le richissime malien MAMADOU Couloubaly PDG de la Holding CIRA MALI qui fait un tabac sur les médias et les réseaux sociaux au Mali avec ses sorties en public il y a quelques mois qui l’ont fait connaître au peuple malien. Il y a d’autres qui se positionnent sans oublier la plateforme en faveur la paix  » Malien Tout Court » de l’homme d’affaires malien Ibrahima Diawara qui est vice président du Conseil National du Patronat du Mali lui aussi veut emboîter le pas vers la magistrature suprême du Mali en 2022.

Par ailleurs l’incomprehension et la surprise se dessinent au sein des grands partis politiques les plus connus durant ces 30 dernières années.

Si le RPM d’IBK doute toujours à présenter son candidat pour la prochaine présidentielle, l’URD de feu Soumaïla Cissé traverse une crise de désignation en son sein avec la contestation de l’ancien Premier Ministre Boubou Cissé comme candidat potentiel du parti. Le parti de l’ADEMA PASJ se retrouve à la croisée des chemins.

Dans le parti de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), existe déjà une crise interne avec l’arrivée de Dr Boubou Cissé. Certains militants protestent sa probable candidature à la présidentielle, car désigné Persona non grata. Il faut reconnaître que depuis le décès du chef de file de l’opposition, feu Soumaïla Cissé, les candidatures au sein du parti posent un sérieux problème. La seule et unique question qui se pose est de savoir qui de Me Demba Traoré, de Amadou Diadié Sankaré ou encore de Boubou Cissé serait le futur porte étendard de l’URD ?

Quant au Rassemblement Pour le Mali ( RPM), le parti en perte du code de popularité suscite également beaucoup de problèmes, car après la chute du échéancesK, les tissérands se retrouvent à la recherche du candidat idéal.

Quant à l’ADEMA PASJ, demeure toujours sans candidat. Aujourd’hui la situation politique du pays est très tendue de la crise que traverse le pays depuis quelques années.

Au regard de la situation du pays, les grands partis politiques tardent à choisir leurs portes étandars et les élections seront sans inédites.

Ce pendant, ce qu’il faut savoir est rien n’est gagné d’avance et qu’il pourrait y avoir bel et bien des surprises au cours de ces échéances électorales, car certaines formations politiques ont perdu leur crédibilité au profit d’autres. Les candidats favoris se positionnent malgré les réalités du terrain et une difficile équation à résoudre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.