La journée du 08 Mars : Les impressions de l’activiste malienne Zeina Walet Mohamed Ali

Propos recueillis par Alassane Cissé

À l’occasion des festivités marquant la célébration de la Journée Internationale de la Femme, notre service média est allé à la rencontre d’une brave dame qui se bat au quotidien dans l’ombre pour apporter sa pierre à l’édifice pour l’épanouissement de la femme malienne. Il s’agit de Zeina Walet Mohamed Ali, chargée du projet Yali Film School Fellowship à Accountability Lab Mali.

Zeina Walet Mohamed Ali, chargée du projet Yali Film School Fellowship à Accountability Lab Mali.

Mehari : Présentez-vous à nos lecteurs.

ZEINA : Je suis Zeinabou W. Mohamed Ali, j’ai fait mes études en ingénierie des Projets et Programmes de Développement à l’université Delta. C de Bamako. Chargée du projet Yali Film School Fellowship à Accountability Lab Mali.

Mehari : Parlez nous un peu de Accountability Lab Mali et du projet Yali Film School Fellowship : Création, objectifs, les réalisations et les perspectives.

Accountability Lab Mali est une organisation à but non lucratif créée en 2016 au Mali. Elle évolue dans la lutte contre la corruption contribue à l’amélioration de la bonne gouvernance et au renforcement des institutions redevables et efficaces et est très impliquée dans le développement communautaire à travers plusieurs de ces programmes à savoir :

– Integrity Icon Mali
– Civic Action team
– Accountability Incubetor
– Linking and learning : OpenGovHub (Bamako)
– Reel Change: la bourse de cinéma Yali pour le leadership responsable des femmes au Mali.

Le Yali Film School Fellowship est un projet 100% féminin qui vise à former des femmes au Mali et au Niger sur les techniques de production et réalisation de courts-métrages avec des thématiques qui reflètent les réalités auxquelles sont confrontées les communautés Maliennes au quotidien.

Au Mali nous avons 10 jeunes femmes originaires de plusieurs régions du pays qui ont bénéficiées de cette bourse d’apprentissage.

L’objectif du projet est que les courts-métrages servent d’outils de plaidoyers et de sensibilisation auprès de la population des dirigeants pour les inciter à adapter un changement de comportement positif.

Le projet a été financé par le Département d’État Américain à travers l’Ambassade des États Unis au Mali pour la période d’octobre 2020 à octobre 2021.

Le lancement du projet a eu lieu le 15 Février 2021 à Accountability Lab Mali c’était également le début de la formation qui s’est tenue du 15 au 19 Février 2021. Nous avons eu l’honneur de clôturer la formation avec une vidéo conférence de Mme Mbaranga Gasarabwe, Représentante spéciale adjointe des Nations Unies, Coordinatrice de l’action humanitaire et Coordinatrice résidente du Programme des Nations Unies pour le Développement, qui a manifesté un grand intérêt pour notre projet.

Jour du lancement avec le représentant du Ministère de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Zeina w. Mohamed Ali la chargée du projet, DeEtta Cravens, l’attachée aux Affaires Culturelles de l’Ambassade des États Unies au Mali, le Directeur Pays de Accountability Lab Mali Moussa Kondo.

Nous espérons vous faire découvrir ce projet à travers nos prochaines réalisations et projections de courts-métrages.

Mehari : Qu’entendez vous par le 8 mars (la Journée Internationale de la Femme)

ZEINA : Je pense que la femme doit être célébrée tous les jours, mais là journée internationale des droits des femmes est un rappel au monde d’abord pour rendre hommage à toutes les braves et courageuses femmes du monde mais aussi pour rappeler l’importance de la lutte pour l’acquisition de nos droits respectifs. Bien avant 1977 où cette journée internationale des femmes a été officiellement reconnue par les Nations unies, des femmes ont manifesté pour qu’on ait le droit au vote pour des meilleures conditions de travail et surtout pour une meilleure situation de vie. Nous devons continuer dans cette même optique car certes il y a eu beaucoup de progrès depuis mais beaucoup de femmes souffrent dans le monde à cause des injustices de nos sociétés.

Mehari : Qu’est ce que les femmes doivent encore faire, selon vous, pour participer à leur autonomisation économique et au développement du pays ?

ZEINA : Les femmes du 21ème siècle sont de plus en plus libres, s’affirment davantage, je suis contente et fière de l’accomplissement de plusieurs d’entre elles et je reste optimiste quant à l’avenir. Pour participer à leur autonomisation économique les femmes doivent avoir confiance en leur capacité et rester focus dans leurs actions car nous savons combien elles peuvent être performantes. Je pense également que nous devons bien éduquer nos enfants car ça commence depuis le plus jeune âge. On doit leur montrer qu’ils doivent s’entraider et non se mettre en concurrence. Nous devons transmettre des bonnes valeurs à la nouvelle génération pour que les femmes et les hommes deviennent complémentaires dans les respects des droits de chacun pour un meilleur équilibre dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.