Stabilisation du Mali : Timbuktu Institute s’implique pour la paix au Mali !

Par Alassane Cissé et Mohamed Ag Ahmedou

Après Dakar et Niamey, le directeur exécutif deTimbuktu Instute for peace, en occurrence le Dr Bakary Sambe lance une conférence marquant l’ouverture de son bureau de Timbuktu Institute-Mali/sahel. Ce nouveau bureau s’inscrit dans le cadre de son action régionale de mutualisation des compétences africaines pour la production de connaissances mobilisables pour faire face aux grands défis. C’est au Grand hôtel Azalaï de Bamako qui a abrité jeudi 11 mars 2021, à la cérémonie officielle de ce lancement sous le thème : » Stabilisation au Mali : quelle place pour les stratégies endogènes? » Cette importante cérémonie s’est déroulée en présence du représentant du Premier Ministre, Oumar Niguizié Coulibaly, du directeur de Timbuktu Institute, Dr Bakary Sambe, du Ministre de la Réconciliation Nationale, colonel major Ismaël Wagué, des grands experts et ainsi que certains invités de marque.

Il faut d’abord rappeler que saisissant la nécessité d’une approche holistique et de réponses multidimensionnelles aux nombreux défis liés au développement, la sécurité, la promotion des droits humains, de la bonne gouvernance, que les intellectuels, chercheurs, acteurs de la société civile ont mis en place, en 2016, un Think Tank africain dénommé Timbuktu Institute-Africain Center for Peace Studies. Cet institut de recherches a été baptisé du nom de la célèbre cité historique malienne si symbolique, carrefour civilisationnel autour des valeurs de paix et de tolérance. En effet, convaincu que la seule approche sécuritaire des conflits et des crises multidimensionnelles n’a jamais suffi à les éradiquer, Timbuktu Institute cherche à privilégier la valorisation des ressources endogènes pouvant inspirer des méthodes innovantes de médiation et de résolution de crises en Afrique.

Ci-contre, de la gauche vers la droite : Madame MAIGA Sina Damba, présidente du réseau des femmes ministres et parlementaires du Mali, Ousmane Oumarou Sidibe président de la CVJR(Commission vérité, justice et réconciliation du Mali), le Colonel Major Oumar Niguizié Couloubaly, représentant du premier ministre et le Dr Bakary Sambe, directeur exécutif de Timbuktu Instute.

Dans son discours marquant l’ouverture du lancement, le représentant du Premier Ministre, Oumar Niguizié Coulibaly a d’abord appelé tous les maliens à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale. Il a salué la présence de Timbuktu Institute au Mali et félicité également son directeur. Il a d’abord parlé de la crise multifonctionnelles dont souffre le Mali depuis quelques années. Selon lui, les efforts sont déployés et des avancées continuent d’être enregistrées afin que la paix et la réconciliation reviennent. Il a aussi noté que la stabilisation du Mali demeure toujours une priorité pour les autorités en particulier, et les maliens en général. C’est pourquoi il salue aujourd’hui le lancement officiel du bureau Timbuktu Institute au Mali et réaffirme la disponibilité du gouvernement malien afin que Dr Bakary Sambe et son équipe atteignent leurs objectifs.

Colonel Major Oumar Niguizié Couloubaly représentant du premier ministre.

Quant au Dr Bakary Sambe, directeur de Timbuktu Institute au Mali, il dira que rien ne vaut que la paix et la réconciliation dans un pays. « un seul doigt ne peut ramasser un caillou » va-t-il déclaré. Il a insisté sur la nécessité de Co-construire la solidarité et la coopération internationale en mettant le respect et la dignité au cœur. Il a signalé que dans la crise sahélienne, le fossé existant entre l’approche internationale et les perceptions locales, qui a parfois gravement nui à l’esprit même de la coopération, est précisément dû à l’absence de rupture paradigmatique qu’imposent les évolutions d’une région en pleine mutation. Cette rupture pourrait s’amorcer par la valorisation des stratégies endogènes et des capacités des populations locales à innover, même en pleine crise, en plus d’une communication sociale efficiente et porteuse de sens auprès d’elles. « D’importants partenaires internationaux du Sahel continuent à payer le prix de ce défaut de communication, avec parfois un investissement conséquent en moyens financiers comme en vies humaines. Il en a résulté des effets indésirables pour leur image et même leurs intérêts stratégiques.  » a- martelé, Bakary Sambe. Selon lui, les populations locales, notamment frontalières, ne comprennent pas toujours le fait de devoir subir les conditions draconiennes de sécurité qui régissent leur quotidien, tout en ayant le sentiment de vivre dans l’insécurité quotidienne.

Dr Bakary Sambe, directeur de Timbuktu Institute au Mali

Pour Sambe, le Mali est un pays multiracial et multiethnique qui occupe une place de premier choix en Afrique. Aujourd’hui, Timbuktu Institute, en s’installant au Mali, a voulu se joindre à la voix de Balla Fasséké, des familles fondatrices de Bamako, et rappeler au Mali sa responsabilité historique de construire son avenir dans la paix ! Par sa voix, l’Afrique veut tendre fraternellement et symboliquement à un peuple ami et frère, cette barre de fer issue de ce matériau tiré des entrailles de cette riche terre du Mali pour qu’à l’instar de Soundjata, il se lève pour de bon et marche pour la paix, la grandeur et la Renaissance de l’Afrique !

À noter que des communications ont été faites par des experts à savoir : la première communication  » le rôle des facteurs et des acteurs endogènes dans la résolution des conflits en Afrique de l’Ouest et au Mali  » était exposée par Moussa Makan Camara, le Président de la Fondation Balanzan. La deuxième communication « Quelle place pour les femmes et les initiatives féminines dans la stabilisation et la mise en œuvre de l’accord de paix au Mali ? » était animée par Maïga Sina Damba, vice présidente du réseau des femmes ministres et parlementaires du Mali. La troisième communication qui avait pour thème : » la place et la pertinence de la commission vérité, justice et réconciliation dans la refondation du Mali  » était exposée par Ousmane Oumarou Sidibé, Président de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR). Ces trois experts ont fait de brillants exposés permettant au public de tirer profit sur le thème central qui était : »Stabilisation au Mali : Quelle place pour les stratégies endogènes ?  »

Dans son discours de clôture, le Ministre de la Réconciliation Nationale, le colonel major Ismaël Wagué, a remercié très sincèrement Dr Bakary Sambe pour la mise en place du bureau Timbuktu Institute à Bamako. Il a aussi rappelé que le Mali traverse une profonde crise depuis quelques années.  » Les populations des régions du nord et du centre vivaient en parfaite symbiose.

Colonel Major Ismael Wagué, ministre de la réconciliation nationale du Mali

« Les communautés dogonnes et peules ont toujours vécu ensemble sans problème. Aujourd’hui ces mêmes communautés se retrouvent dans les situations difficiles. Cela signifie qu’il y a de véritables problèmes que nous devons résoudre » a souligné le Ministre WAGUÉ . Pour lui, la stabilisation du Mali constitue une priorité pour les autorités de la transition, c’est pourquoi le département en charge de la Réconciliation Nationale ne ménagera aucun effort pour amener les maliens sur une même table. Pour lui, les actions que Timbuktu Institute compterait mener vont rentrer dans le cadre de la stabilisation du Mali. Donc son département mettra tout en œuvre pour accompagner le bureau de Bakary Sambe.

Il a profité pour dire qu’aucun sacrifice allant dans la stabilisation n’est de trop. Il a invité les maliens a s’impliqués dans la recherche de la paix et de la cohésion sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.