Exclusivité: CPI: Le sort d’Ahmed Ag Al-Faqi est désormais entre ses mains.

Par Housseyne Ag Issa.

Le malien Ahmed Ag Al-Faqi Al-Mahdi vie désormais les jours de fin de période de sa détention après que la Cour pénale internationale l’a condamné à neuf ans de prison, peine qui a ensuite été réduite à sept ans pour des raisons de bonne conduite en prison.
Al-Mahdi devrait être libéré à partir du 18 septembre 2022 selon une annonce de la cours pénale internationale il y a quelques jours.

Commentant cette question, Mme Margot Tedesco, Responsable de l’Information publique, Bureau de la CPI au Mali
confirme en nous parlant: « Aujourd’hui, Al Mahdi n’est plus détenu pour les crimes pour lesquelles il a été reconnu coupable devant la CPI , à savoir pour la destruction des mausolées et de la porte de la Mosquées de Sidi Yahia.
Il est toutefois encore sous le contrôle des autorités de détention du pays d’accueil où il a purgé sa peine jusqu’à ce que son statut administratif soit résolu ».

En réponse à notre question sur la possibilité de transférer Ag Al-Faki au Mali, Tedesco ajoute: « il reviendra à Al Mahdi de décider où il souhaitera aller. au final c’est une personne libre ».

Rappelons que cette information est une exclusivité du Mehari-consulting et Mehari-Post en attendant un communiqué ou déclaration officielle ultérieure de la Haye à propos de la mise en liberté définitive d’Ahmed Ag Al-Faqi Ag Almahdi.

en indiquent que le Statut de Rome qui porte création de la Cour pénale internationale garantie aux personnes condamnées qu’elles ne puissent pas être poursuivies deux fois sur la base des charges pour lesquelles elles ont déjà été poursuivies par la CPI. Ainsi, Al Mahdi ne pourrait pas être poursuivie à nouveau pour la destruction des mausolées de Tombouctou. Pour ces crimes Al Mahdi a déjà été reconnu coupable et il a purgé sa peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.