Terrorisme au Sahel : Les morts de trop au Mali …

mehari-consulting

Les localités de Karou, Ouatagouna, Dirga et Déoutéguef dans la région de Gao situés dans la zone
dites des trois frontières ont été attaquées par des terroristes obscurantistes de l’État Islamique au
grand Sahara (EIGS) . 51 personnes ont trouvé la mort dont des femmes et des enfants.
Dans la nuit du dimanche à lundi, des hommes en armes ont mené une attaque simultanée sur les localités
Karou, Ouatagouna, Dirga et Déoutéguef en tirant sur tout ce qui bougeait. Les maisons ont été incendiés
et saccagés et ils sont repartis sans être inquiétés.

Pourquoi cette barbarie sur des civiles ?

Selon les informations reçues l’EIGS accuse ses populations d’être en collaboration avec les FAMa et les
forces armées étrangères et les ont attaqués en représailles. Cela justifie-il le massacre d’innocentes
personnes dont des femmes et des enfants ? Non !


Comment cela est-il possible ?

Sachant que les forces étrangères sont présentes dans la zone aucune poursuite n’a été engagée. Que des
condamnations. Parlons de ces condamnations aussitôt qu’ils ont commis leurs forfaits le président de la
transition le colonel Assimi GOITA, a annoncé sur sa page twitter ‘’ je condamne avec la dernière
rigueur les attaques terroristes qui ont eu lieu hier dans les localités maliennes de Karou, Ouatagouna,
Dirga et Déoutéguef. Et décrète un deuil national de 72h en hommage aux victimes. Bien sûr la minusma
n’est pas restée en marge qui a aussitôt condamné cet acte. Le Général El Hadji GAMOU, le seul général
malien qui coupe le sommeil à l’EIGS s’est rendu sur les lieux, on le voit poser sur une photo avec un
orphelin qui a perdu ses deux parents la veille.

Le premier ministre le Dr Choguel K MAIGA a dans une interview sur la chaine Africa 24 laissé entendre
que le Mali a un grand territoire et n’a pas les moyens de le défendre ce qui favorise l’installation des
groupes terroristes sur le territoire. L’Etat malien est-il en faillite ?

Les groupes armés signataires de l’accord d’Alger

Moussa Ag Acharatoumane, SG du MSA signataire de l’accord d’Alger annonce dans une interview du
journal l’opinion que la France mène des attaques contre l’EIGS mais cela ne l’affaiblit pas , cela soulève
encore plus de questions aux centaines d’autres qui n’ont jusqu’à présent aucune réponse.

Rapports EIGS -JNIM.

Les deux groupes terroristes mènent une guerre fratricide sans merci dans cette partie du territoire depuis
des années. Le lendemain des attaques, Iyad Ag AGLY l’émir du JNIM , qui ne s’est pas exprimé
officiellement depuis novembre 2019 a dans une vidéo de 17 minutes intitulé « la victoire d’Allah est
proche » a parlé de Macron, Israël , la Palestine et a mentionner la Russie parmi ses ennemies pour la
première fois. Aussi il s’est adressé aux mouvements armés du nord en leur demandant de rejoindre sa
cause …

Le Premier ministre a dépêché une mission présenter les condoléances du Peuple aux populations
victimes et a apporté un appui financier de 20 millions de francs CFA et 100 tonnes de céréales en faveur
des familles endeuillées et autres blessés dans les hôpitaux ce vendredi 13 août.

Le Mali n’est pas le seul pays touché par ces massacres. Tous les pays de la Zone des trois frontières
composés du Burkina Faso ; du Niger et du Mali subissent ces attaques barbares avec son lot de victimes
innocentes. Au Mali toutes les populations de ces zones ayant des familles ailleurs ont quitté ces localités.
Interrogé sur cette question du nord et du centre Mohamed Idal El ANSARY journaliste-
communicant /Spécialiste du centre et du nord du Mali martèle : « Le nord du Mali est aujourd’hui en proie à
des convoitises pour les richesses de son sous-sol, la plus part de ses attaques éclaires ont pour but d’effrayer
les autochtones et les pousser à quitter leurs terroirs afin que les nouveaux maitres s’installent paisiblement
pour mieux exploiter le sous-sol malien … ».Il ajoute : « L’Etat malien n’a pas les moyens de sécuriser son
territoire et malheureusement les obscurantistes terroristes ont eu tout le temps pour s’infiltrer et s’installer
paisiblement afin de mener leurs activités. Les groupes armés du nord sont aussi à leurs propres soldes et
n’ont visiblement aucune volonté politique de s’unir définitivement pour combattre les terroristes car chacun
avance selon son agenda politique. »

Rappelons que le phénomène des attaques terroristes contre des villages a commencé par la zone de
Banibangou, Tchinagodar et Tera au Niger où des villages ont été entièrement décimés par les terroristes de
l’EIGS . Le Niger très furieux par la présence des armées du TCHAD dans cette localité qui n’arrive pas à
protéger les populations a demandé à une partie de cette armée de rentrer au Tchad.

Ce phénomène pour ce-coté ci du Mali avec ces attaques à Karou, Ouatagouna, Dirga et Déoutéguef et
aussi au nord du Burkina Faso est nouveau et va surement s’étendre sur le reste du pays. Des personnes
sont exécutés pour simplement le fait de détenir un téléphone Android ou un IPhone.

Au Mali on ne peut que constater les morts de trop et les politiques n’ont visiblement aucune solution à cette
crise que pourtant tout le monde a vu venir de loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.