Accord d’Alger : les femmes du CSA offrent un déjeuner aux acteurs et partenaires

Signé Mohamed Ag Ahmedou avec Alassane Cissé

Dans le cadre de la célébration du sixième (6) anniversaire de la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale issu du processus d’Alger, les femmes du Comité de Suivi dudit Accord (CSA) ont organisé un déjeuner à l’endroit des acteurs et des partenaires dans le but de redoubler d’efforts afin de booster l’accélération de la mise en oeuvre effective de l’Accord d’Alger.

Ce déjeuner était marqué par la présence de l’Ambassadeur de l’Algerie, chef de file de la médiation, des ambassadeurs des Pays-bas, de la Norvège, du Ministre de la Réconciliation, colonel-major Ismaël Wagué, le haut représentant du Président de la transition pour la mise en oeuvre de l’Accord, du chef de la commission Désarmement, Démobilisation et Reinsertion (DDR), ainsi que l’ensemble des acteurs.

La mise en oeuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali necéssite l’implication de tous les maliens, notamment les femmes. Pour aller vers la mise en oeuvre intelligente et effective de cet accord que les femmes sont plus que déterminéés à inciter les acteurs pour accélérer le processus. Ce déjeuner a été marquée par une série d’informations des femmes, dont la première était Maïga Sina Damba, ancienne Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. Elle a dit qu’il faut impliquer les femmes dans tous les organes de la mise en oeuvre de l’Accord, et partout où le besoin se fait sentir, de Bamako jusqu’à dans les zones rurales. Elle a fait une motion spéciale à la femme, qui pour elle, joue un rôle très important dans la société. Elle a signalé que la femme est la santé du foyer. Elle a profité de l’occasion pour lancer un appel pressant aux autorités de venir en auprès de femmes dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes. Elle a aussi appelé aux autorités d’ouvrir beaucoup de centres de santé dans le pays pour soigner les femmes. À l’exception de Sina Damba, certaines femmes ont posé leurs préoccupations.

Quant à Lalla Haïdara, membre du CSA, a dit qu’il est urgent d’aller vers la mise en oeuvre de l’Accord, de s’accepter de coordonner une synergie d’actions afin de pacifier ce pays.

Dr Mariam Maïga, (la première femme au Mali qui a crée le mouvement des femmes) a préféré faire son témoignage à travers une anecdote. Elle a d’abord félicité les femmes du CSA pour le rôle qu’elles jouent dans la mise en oeuvre au sein de cet organe de l’Accord. Elle a dit ceci : » Il était une fois, j’étais embarquée dans un avion militaire des Famas pour Kidal, les rebelles n’ont pas tiré sur l’avion parce qu’il ya une soeur à eux qui se trouve à bord » a-t-elle déclaré. Il faut signaler que le Mali, quelqu’en soit les divergences, il y’a toujours une entente entee les acteurs. Elle a souhaité de tout coeur une paix durable au peuple malien.

Quant à l’Ambassadeur de l’Algerie, a d’abord salué l’initiative des femmes et il les a remercié de l’avoir associé à cet événement. Il a félicité la présence certains anciens Ministres à ce déjeuner tels que : Zahabi Ould Sidi Mohamed, actuel chef de la commission DDR, l’ancienne Ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Nina Walette Intalou, la cheffe de l’ONG Wildaf, Bintou Founé Samaké,non moins l’ancienne Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. Il a parlé de la lenteurqu’a connue la mise en oeuvre de l’Accord. Il a profité de l’occasion pour annoncer une prochaine inclusion de quinze(15) nouvelles femmes au sein du Comité de Suivi et du sous CSA. Il a également annoncé que la 43ème session du Comité de Suivi de l’Accord est prévue ce 28 juin à Bamako.

Le chef du DDR, Zahabi Ould Sidi Mohamed a signalé que le Ministère de la Réconciliation, de la Cohésion Sociale a enfin sa précision pédagogique. Il annonça un message que lui même intitule un message pédagogique. Selon lui, la sementique dit que cet accord pour la paix a été réalisé par une large participation de part et d’autre de ses acteurs pour ceux qui vilipendent cet accord. Il explique par là, que cet accord n’est peut-être pas parfait mais c’est un outil pour la paix. Il a profité de son message pour rappeler que le Président de la transition, le colonel Assimi Goïta avait souligné qu’il faut une mise en oeuvre intelligente de l’Accord. Zahabi Ould Sidi Mohamed, cet expert en DDR, conclut son intervention en disant que l’article 65 de l’Accord stipule: » toutes les parties prenantes de cet accord peuvent s’asseoir pour reouvrir l’Accord afin de trouver une solution à ce problème ». Il dira que la chose la mieux partagée par les maliens est la misère, mais il faut aussi reconnaître que les maliens vivent en parfaite cohésion sociale et qu’il sait sans doute que les maliens trouveront la solution ensemble pour ce pays.

Pour le représentant de la Plateforme, Haballa Ag Hamzatta, a insisté en interpellant les acteurs de l’Accord vers l’accélération de la distribution des quotas par mouvement pour mettre en place définitivement l’armée reconstituée.

Pour le colonel major Ismaël Wagué, Ministre de la Réconciliation et de l’accord d’Alger, pour cet accord, en six(6) ans de sa signature, il faut se poser la question : qu’est ce qui a marché et qu’est ce qui n’a pas marché ? Qu’est ce qu’il faut faire ? Pour lui, il nous reste neuf(9) mois pour la transition et la fin de cette période, il faut qu’on en finisse la mise en oeuvre de l’Accord.

En cette occasion, vu que tous les acteurs de la mise en oeuvre de l’Accord sont dans cette salle est un point essentiel pour la mise en oeuvre de cet accord. Il a souligné que les 6 années de la mise en oeuvre de l’Accord ont été une déception pour les acteurs. Il expliquera que cette mise en oeuvre de l’Accord est un compromis car selon lui il faut faire des concessions.

Il faut souligner que ce déjeuner des femmes du CSA à permis de rassembler et les différents acteurs de l’accord de paix ainsi que des partenaires clé à l’accord tels que l’ambassadeur de la république populaire démocratique de l’Algérie chef de file de la médiation , certains ambassadeurs de l’union européenne, le ministre de la réconciliation et trois anciens ministres dont l’ancienne ministre la promotion de la femme de l’enfant et de la famille du Mali ainsi que le coordonnateur de l’observatoire du centre Carter qui est un consultant Premium de la mise en application de l’accord de paix au Mali. Ceci montre à quel point les maliens ont de l’importance au rôle que jouera désormais la femme malienne dans la pacification du conflit au Mali. Pendant plus de 5 ans les femmes du Mali n’ont jamais été inclus au sein du comité de suivi de l’accord de paix au Mali issu du processus d’Alger. Il a fallu attendre la moitié de l’année 2020 pour que les nations unies adoptent la résolution 1325 qui permettra d’ajouter des femmes au CSA et qui participeront à leur premier CSA le 16 Novembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.